la majorité 

Bien que souvent le théâtre de préjugés tenaces, la pratique sportive constitue aussi un formidable terrain d’apprentissage  de la tolérance.  

Plus elles repoussent les limites du possible, plus les performances des athlètes ridiculisent les incapacités  mentales qui alimentent les discriminations. 

 

Qu’iels soient en situation de handicap, LGBT+, réfugié.e.s,  ou autrement issu.e.s d’un groupe minoritaire stigmatisé, les  sportifs.ves ayant accepté de participer au projet La Majorité  ont en commun des capacités physiques et mentales  extraordinaires, et une détermination sans faille à se réaliser,  quelques soient les obstacles rencontrés pour y parvenir.  Un message encourageant, et inspirant pour les jeunes qui  ont eu la chance de les rencontrer. Armé.es d’enregistreurs  et d’appareils photo, 15 adolescent.es résident.es du 19eme ont réalisé les portraits et reportages photo présentés dans l’exposition. 

Développé par Clichés Urbains, le projet La Majorité, s’intègre  au programme pédagogique Planète Marianne, à travers lequel  l’association initie, chaque année, un groupe d’adolescent.es aux modes et outils professionnels de communication (photo,  vidéo, texte, web), tout en abordant un projet de société. Les jeunes sont formé.es aux techniques de reportage et  d’interview, aux enjeux de l’information et la communication,  et à la manipulation des outils photo, vidéo, son. Iels partent  à la rencontre d’acteurs et d’actrices professionnel.es tout  en étudiant un sujet de société (environnement, migrations,  institutions de la république, etc.), et restituent leurs  productions sous forme d’expositions et de site internet.

LES SPORTIF.VE.S

hijab.png

AMY TOUNKARA

Danse Urbaine

25 ans 

Amy Tounkara est diplômée d’Histoire, de communication et de Lettres de la Sorbonne et Paris VII. La jeune écrivaine a publié un essai critique et analytique Les dessous des princesses Disney (Aparit-Edilivre, Paris 2018) parmi d’autres écrits. Elle rédige également un blog (La femme en papier.com) et anime des ateliers d’écriture, pour donner un espace et une visibilité à une figure de femme libre moderne, racisée, religieuse, et voilée. C’est aussi dans cet esprit qu’elle pratique la danse urbaine : un sport ou l’on s’amuse, on se libère et on se donne à voir, comme on est, un espace pour exister.

"Le sport, en premier lieu, je le pratique pour moi, tout simplement parce que j’aime  ça. Par ailleurs, lorsqu’on porte le voile en France, on se rend compte que la moindre  chose que l’on fait devient un peu politique. Quand j’annonce aller danser le jeudi soir,  les gens sont surpris et se disent « ah! On peut porter le voile, et aller danser ? ». C’est une  réaction assez curieux... Finalement, pratiquer le sport voilée, ça challenge l’opinion que les gens ont sur les femmes musulmanes, ce qui est important."

dance_edited.png

ALPHA DIALLO

Capoeiriste

18 ans

Alpha Diallo, guinéen par sa mère et sénégalais par son père, est arrivé en France en 2018 au terme d’un terrifiant périple qu’il a entrepris à 14 ans pour poursuivre des études. C’est par le plus grand hasard qu’il atterri à Quimper où il finit désormais le lycée. Il a aussi découvert la capoeira avec l’association Ngoma Quimper, qui enseigne la capoeira Angola de Mestre Marrom. Cette lutte brésilienne rythmée par les tambours et percussions lui permet de décompresser et de s’exprimer physiquement et musicalement, il adore s’entraîner. Ça fait partie de sa vie maintenant. Pourquoi pas un jour l’enseigner lui aussi ?

"J’aime la capoeira parce que c’est à la fois un sport, une danse, un groupe  d’individus. C’est quelque chose qui me libère aussi, un espace."

soccer.png

CHA

Football

38 ans

Cha est attaquante chez Les Dégommeuses depuis la création, en 2012, de cette équipe militante, féministe et lesbienne. C’est avant tout la philosophie de l’équipe qui l’a motivée. Si ces sportives issues de tous horizons s'entraînent deux fois par semaine, elles militent aussi, pour que la lesbophobie, la transphobie, la xénophobie, et autres folles phobies de tous poils, disparaissent du monde du sport.. et du monde tout court. Les Dégos forment une grande famille qui s’active, sur tous les terrains, pour rappeler au monde entier qu’on ne transige pas sur la tolérance.

MAKING OFF

"À travers notre pratique sportive, on essaye  de lutter contre les discriminations : racisme,  sexisme, les différentes LGBT-phobies. J’aime  cette équipe parce qu’ici on ne fait pas que  du sport, on est pas là que pour se passer un  ballon. On est ensemble, on crée des choses,  on essaie de faire bouger les lignes. En fait,  on essaie de montrer aux autres que le sport  c’est important, sur différents plans."

pole-dance.png

FLORENT MEDINA

Poledance

26 ans 

C’est à travers un projet documentaire sur une danseuse que le jeune cinéaste homosexuel a rencontré l’univers de la pole dance. A l’époque, il pratiquait la danse urbaine mais n’avait jamais osé franchir le pas de la pole dance. C’est devenu pour lui une véritable passion, sportive autant qu’artistique. A travers sa pratique, Florent Médina trouve des images pour parler du mouvement, de l’espace, du corps. Pour évoquer aussi la différence, le regard que les autres portent dessus, de la curiosité que l’on doit avoir sur les choses, ainsi que l’importance de pouvoir aimer et adhérer librement, malgré les préjugés.

"Il ne faut pas avoir peur d’explorer toutes les disciplines sportives ou artistiques qui nous rendent curieux. Ne pas s’arrêter aux a priori qu’on peut avoir sur tel ou tel sujet, telle ou telle discipline. C’est important de tester, de se renseigner, d’être curieux."

MAKING OFF

FANNY BERTRAND

PING-PONG

43 ANS


Fanny Bertrand a longtemps pratiqué le basket avant son accident de voiture qui la prive de l’usage de ses jambes. Sportive depuis toujours, elle ne peut envisager d’arrêter une activité aussi essentielle pour elle que boire ou manger. C’est trop compliqué de s’habituer au basket en fauteuil alors elle s’essaie au tennis de table et retrouve ses sensations sportives. Ça lui plait de pouvoir s’entraîner avec des valides. A 38 ans, elle espère une qualification aux J.O.

MAKING OFF

"Le plus grand moment, c’était la cérémonie d’ouverture des jeux paralympiques à Pékin. C’était un rêve de représenter la France dans un pays dont le tennis de table est le sport national !"

FABIEN  LAMIRAULT

Ping-Pong

40 ans

Fabien Lamirault a remporté deux médailles d’Or aux JO de Rio en plus d’innombrables titres mondiaux et nationaux… Ce quarantenaire, père de trois enfants, a été victime d’un accident de voiture à 17 ans. Sportif depuis l’enfance, il a adapté ses pratiques pour tenir compte du handicap mais n’aurait pas pu renoncer au Sport. Il pratique le tennis de table en fauteuil depuis le début des années 2000 et est accro à la compétition. 

"Les qualités d’un grand sportif? De  ne jamais lâcher, même quand on vit  des moments compliqués. Ce n’est pas  facile! On a tous des déceptions. Mais  c’est important de garder confiance  en soi, d’y croire."

MAKING OFF

paralympic.png

MARIE AMELIE LE FUR 

Athlétisme

32 ans

Marie-Amélie Le Fur, sprinteuse française multi-médaillée paralympique, pratique l’athlétisme depuis son plus jeune âge. A l’adolescence elle est amputée d’une jambe, des suites d’un accident de scooter. Solidement entourée et motivée par une envie inébranlable de reprendre le sport, Marie-Amélie se remet à courir  quatre mois après l’accident.  Quelques années plus tard, elle est sacrée championne paralympique (entre 2008 et 2014 elle remporte quatre médailles dont deux fois l’Or). Professionnelle et maman d’une petite fille, la sportive trouve aussi le temps, entre deux entraînements, d’apporter son soutien à de nombreux projets favorisant les inclusions. Elle partage inlassablement son message d’espoir et de tolérance. Le handicap n’est pas la fin du monde pour celles et ceux  qui le subissent, si les autres ne le voient pas comme tel.

MAKING OFF

"Le sport est un outil social puissant pour les minorités. Il peut être un facteur d’inclusion sociale. Tout simplement parce qu’il amène à être ensemble, donne un point commun, incite les gens à partager, à vivre un moment de plaisir ensemble. Il permet aussi de développer la confiance en soi. Dans le monde du handicap, on voit beaucoup d’enfants, de jeunes retrouver confiance en eux, en leurs capacités, grâce au sport."

paralympic (2).png

MICHAEL JEREMIASZ

Tennis en fauteil

38 ans

Michael Jeremiasz, le tennisman français est paraplégique depuis une chute de ski, l’année de ses dix-neuf ans. Très vite après l’accident, il a recommencé au Sport, qui l’a aidé à s’en sortir. Ex numéro 1 mondial, il a remporté de nombreux tournois du Grand Chelem et quatre médailles olympiques. Déterminé à aider d’autres accidenté.e.s en situation de handicap à retrouver confiance en elles et eux, il a fondé l’association “Comme les Autres”. L’association oeuvre également à changer les regards et normaliser les échanges entre les valides et les autres.

MAKING OFF

"Quand tu as un accident, la  première chose que tu veux  faire, c’est du sport. Pas pour  préparer ton ‘summer body’,  mais parce que tu sors d’une  longue période où tu es dans  un milieu médicalisé, isolé.  Finalement, c’est un formidable  moyen de partir et de recréer du  lien social, avec des gens qui sont  issus de tissus sociaux différents,  d’origine sociales différentes.  C’est la meilleure école pour  les personnes handicapées qui,  malheureusement, sont souvent  isolées dans des environnement."

coach.png

MOHAMED DIAKITÉ

Coach sportif

28 ans

Passionné par le foot et par le sport en géneral, le guinéen Mohamed Diakite s’est réfugié en France pour poursuivre son rêve d'être coach sportif professionnel et avoir une meilleure qualité de vie. Accompagné par l'association Kabubu, il réintègre dans la société française par le biais de le sport. 

"Si tu me vois, tu ne devineras pas mon âge ! C’est parce que j’ai toujours fait du sport qu’on pense que j’ai 20 ans… Alors mon conseil à la jeunesse, c’est de pratiquer régulièrement."

MAKING OFF

MAXIME  THOMAS

Ping-pong

36 ans

Maxime Thomas est en fauteuil depuis 15 ans, a commencé le tennis de table à sa sortie de l'hôpital. 20 ans plus tard il est multi-médaillé à l’échelle olympique et mondiale. Pour lui, les handi-sportifs ne sont pas des personnes en situation de handicap qui font du sport, mais des sportif.ves en situation de handicap.

MAKING OFF

"J’aimerais qu’on parle un peu plus du handisport,  que ce soit un sujet comme un autre au niveau  sportif. Qu’on ne fasse pas de discrimination  positive, qu’on reste sur la performance sportive.  Nous ne sommes pas des personnes en situation  de handicap qui faisons du sport, nous sommes  des sportifs en situation de handicap."

NICOLAS SAVANT-AIRA

Ping-pong

39 ans

Nicolas Savant-Aira pousse la porte d’un club handisport pour renforcer son autonomie au quotidien. Il y découvre l’athlétisme, le basket fauteuil, la natation et le tennis de table. En 2003, son parcours débute en équipe de France jusqu’à la médaille de bronze aux Jeux Paralympiques de Londres. Le marseillais de 39 ans a acquis une vitesse de jeu, une passion, une force et une envie qui impressionnent.

"C’est vrai que le tennis, valide ou pas valide,  n’est pas vraiment en haut de l’affiche. On  aimerait bien en voir à la télé plus souvent,  comme d’autres sport bien plus médiatisés.  Mais on est sur le bon chemin ! On a vu  du tennis de table handi aux Jeux de Rio  paralympiques retranscrit à la télévision  par exemple. Les médias s’intéressent à  nous, petit à petit."

MAKING OFF

fight.png

PARWIZ  ARABZAI

MMA 

31  ans 

Champion de France en MMA, Parwiz Arabzai, un jeune afghan de 21 ans est réfugié en France depuis juin 2019. Il poursuit également une formation dans l’encadrement sportif et le coaching avec l’association Kabubu.

"Ce que j’aime dans le MMA, c’est que c’est un combat libre. C’est un mélange de muay thaï, de lutte, de boxe... On peut amener au sol, utiliser ses genoux, ses pieds, tout."

MAKING OFF

sport.png

TIFFANY LOGETTE

Athlétisme

36 ans

Tiffany Logette est une sprinteuse vosgienne multi-médaillée au niveau national. Atteinte de rétinopathie, elle a perdu dramatiquement la vue à partir de 2017. Résolue à poursuivre le sport, elle a cherché un guide pour courir à ses côtés. L’athlète Jordan Rollot se prête au jeu et le duo devient inséparable, sur la piste comme dans la vie. Ils courent à deux, adaptant leur pas et leur vitesse. Tiffany évoque la douleur face à l’exclusion quand elle était plus jeune. Mais ses excellentes performances sportives l’aident à changer de regard sur la maladie. Aujourd’hui elle souhaite diffuser un message de confiance et d’espoir à ceux et celles qui connaissent le handicap. Il peut s’apprivoiser et receler des ressources et des chemins insoupçonnés !

"Aujourd’hui, le handisport n’est pas encore assez médiatisé. Dans  notre société, on est vite mis dans une case quand on est handicapé.  Certains championnats d’Europe ne sont même pas retransmis à la  télé. C’est problématique de nous isoler ainsi, car au-delà du handicap,  on est des personnes comme tout le monde."

MAKING OFF

triathlon.png

THIBAUT RIGAUDEAU

Triathlon

39 ans

Le jeune vendéen de 29 ans est atteint d’une rétinite pigmentaire diagnostiquée à 8 ans qui ne l’a pas arrêté dans ses objectifs professionnels et sportifs. Après une licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), Thibaut Rigaudeau termine un master de kinésithérapeute. Sportif de famille, il a toujours été encouragé par ses parents. Il pratique d’abord le football, puis le cécifoot avant de se lancer dans le triathlon il y a 2 ans. A quelques mois des Jeux Olympiques, il espère la qualification aux épreuves de Tokyo, rêve d’une médaille…. et s’entraîne d’arrache-pied. 

"Aujourd’hui, le handisport n’est pas encore assez médiatisé. Dans  notre société, on est vite mis dans une case quand on est handicapé. Certains championnats d’Europe ne sont même pas retransmis à la  télé. C’est problématique de nous isoler ainsi, car au-delà du handicap, on est des personnes comme tout le monde."

MAKING OFF

ping-pong-player.png

THOMAS BOUVAIS

Ping-pong

28 ans


Thomas Bouvais est un pongiste de 29 ans qui souffre de nanisme. La maladie lui cause des douleurs articulaires et fragilités. Ce qui ne l’empêche pas de s’entraîner avec ténacité, depuis le plus jeune âge, en général avec des valides. Il a participé à plusieurs éditions des Jeux Olympiques et espère se qualifier pour les jeux de Tokyo. La cause qui lui tient le plus à coeur est celle de l’égalité de traitement, entre valides et invalides mais aussi à l’égard de toutes les minorités, dans le monde en général.

"Les qualités d’un grand sportif? De  ne jamais lâcher, même quand on vit  des moments compliqués. Ce n’est pas  facile! On a tous des déceptions. Mais  c’est important de garder confiance  en soi, d’y croire."

MAKING OFF

kayak.png

SANDRA FORGUES 

Canoe-Kayak

50 ans

Sandra Forgues, anciennement Wilfried, est une ancienne championne olympique de Canoë. "Wilfried était un garçon réussi” explique Sandra. Sportif de haut niveau, ingénieur, marié et père. Cet homme hors du commun est devenu une femme incroyable. Si elle a arrêté la compétition, Sandra pratique de nombreux sports, en plus d’une vie professionnelle remplie et d’activités politiques pour le mouvement UNE (nouvelle énergie). Elle raconte inlassablement son histoire pour sensibiliser le public à la condition des transgenres, qui ne sont ni malades, ni monstrueux, juste minoritaires.

"Dans les années 60, les femmes avaient interdiction de faire du marathon. Les jeunes générations ne le savent pas forcément. Il a fallu combattre, il  a fallu que les femmes s’émancipent, et prouvent qu’elles aussi étaient en  capacité, et quelle capacité !"

MAKING OFF

PARTENAIRES